>

PURA BEJI
PURA MELANTING
PEMUTERAN - PURA MELANTING
TIRTA SARI BUNGALOWS&SPA
TIRTA SARI
ON THE ROAD





Travel over the News


         Ailés sur une allée de Bali, à vent trottinant, nous emporterons tant de souvenirs d'Aile.


         Singaraja, ou "fils du roi Lion", est une cité ancienne sur la côte nord située à une prière et un jeté de pierre de Lovina. À quelques battements d'elle est bâti l'un des plus beaux temples de l'île, le Pura Beji. Façonné, il est aussi l'esseulé d'un village nommé Sangsit. Unique sanctuaire à Bali édifié à la faveur d'une femme et comportant des représentations féminines, le Pura Beji est dédié à la déesse du riz et de la fertilité, Dewi Sri. À Java, un lieu dans toutes les maisons lui est voué et doit, c'est une obligation, être gardé secret. Enfant terrestre de l'union de deux divinités, Dewi Sri meurt à son septième jour. Inhumée, elle renaît dans les champs. Dewi Sri est le riz. Base de l'alimentation Indonésienne, elle est l'adorée.


         Le Pura Beji est Sculpté dans sa totalité, la couleur rosie de sa pierre se pare aussi de vert. Paradoxes immobiles, il y bat des cœurs à l'ouvrage revêtus de coutumes. Ce temple permet une visite paisible, car le plus souvent il est déserté de tout visiteur. Il offre une richesse de sculptures mythiques, parfois érotiques, de serpents et dragons ou "Nagas", qui sont de ce lieu, les gardiens à vous ficher la trouille. Sur l'une de ses façades intérieures, des peintures, émoussées par l'érosion du temps, représentent des scènes d'expiation par supplice ayant lieu dans l'au-delà.



         Les temples de Bali se visitent dans le sens des aiguilles d'une montre. Nous sommes donc entrés à 6 heures, avons tourné en direction de 9 heures, nous avons visité midi avant de nous orienter vers 3 heures pour ressortir vers 6 heures. Et c'est ici que le temps perdit tout son sens. clin



         D'un volcan, descendre... À Amed les plages étaient noircies d'une lave qui s'était un jour écoulée jusque sur son sable. Érodé, ce basalte s'était transformé en grains de cendre qui se mêlaient au sel. Dans l'océan, qui baignait ces sables de cendre et de sel, des pêcheurs de sel puisaient de l'eau et la déversaient sur des carrés de plage bruns. Ce fut un des fruits du hasard ou bien, un de la mer, qui nous fit croiser un paludier et son sable de cendre enrichit du sel (Non, je n'ai pas écrit que Henri chie du sel clin. Les cristaux de sel, enrichis des cendres, (...non plus clin) séchaient au soleil et avaient salé les steaks de thon que nous avait préparé le souriant pêcheur de sel, un marrant salé du marais salant.

Nous ne nous sommes pas attardés à Amed. Ainsi s'était achevée notre brève visite chez un paludier traditionnel Balinais. Parce que, ces plages noires m'avaient envoyé, à leur façon, un message très clair : fichez le camp sur le champ du bas de ce volcan langue.
J'avais quand même pris le temps de prendre quelques clichés notes. Voilà, maintenant tu sais pourquoi c'est important, pour moi, de prendre des photos. Et puis aussi lorsque je les regarde, je sens l'odeur des paysages qu'elles me renvoient.
Je prenais des photos, parfois floutées par le temps qui n'avait pas su se poser. C'était des notes raturées, des fautes au passé, mais la couleur de ces moments ne verserait jamais de sel sur des photos passées. Parce que je les encrais, les souvenirs résisteraient à l'étreinte du mince voile que le temps épaissit. J'encrais l'instant pour offrir l'éternité à sa fragilité.






Bali snorkeling





LA SAUVAGE ZONE

Bientôt dans les cent ciels

Préférant dealer avec la nature qu'avec les humains, elle a tout quitté pour vivre sur Gili Meno, un îlot d'indonésie à la faveur des volcans. Pour échapper aux séismes et aux tsunamis, une cabane dans un cocotier. Les oiseaux sont sa musique, et danse, sa sauvage zone.

Read More →

Web hosting




Copyright © Les cent ciels 2018

www.000webhost.com